Le sentiment d’appartenance est un sujet qu’il ne faut pas négliger. Un salarié qui n’est pas profondément ancré dans son entreprise ne donnera pas le meilleur de lui-même. Nous avons défini 3 facteurs qui nous paraissent les plus importants pour renforcer ce sentiment d’appartenance :

1/ Le premier est l’adhésion à la vision de l’entreprise.

Vous savez … ce besoin que l’on a en tant que salarié de comprendre vers quoi on va et d’avoir envie d’y aller. On est tous dans le même bateau, alors savoir quel cap les dirigeants ont choisi de suivre et avoir envie d’y aller avec eux nous aide à accepter les aléas, les remous et les tempêtes.

C’est la différence entre : « Je travaille dans un bateau »

 

Et :  

« Je travaille dans un bateau à la recherche d’une île déserte située entre le Détroit de Gibraltar et le Cap Spartel »

2/ Le deuxième, c’est la fierté d’appartenir à cette entreprise.

Ok, on sait où on va, mais savoir qu’on va y aller sur un bateau écologiquement responsable, ou à la pointe de la technologie, ou qu’on va en profiter pour transporter des vivres à des sinistrés, ça change tout ! On est fiers de faire partie de cette aventure.

« Je travaille dans un bateau à la recherche d’une île déserte située entre le Détroit de Gibraltar et le Cap Spartel et en plus, mon bateau est complètement écologique ! »

3/ Le troisième, c’est la marque employeur.

Quand l’entreprise communique de manière positive et rayonne, il est tellement agréable de pouvoir dire qu’on appartient à cette entreprise.

« Je travaille à bord de L’Intrépide ! ». « Quoi ? Tu travailles dans ce bateau à la recherche d’une île déserte située entre le Détroit de Gibraltar et le Cap Spartel et qui, en plus, est complètement écologique ? »

Tous ces facteurs sont des facteurs extérieurs qui ancrent le salarié dans son entreprise et qui font qu’il s’y sent bien, qu’il sait pourquoi il y affronte les tempêtes. C’est l’appartenance du salarié à l’entité entreprise. C’est ce qui fait vibrer le marin quand il pose le pied sur son bateau.

Avec l’outil « Tempo, le temps d’un coup de main », nous proposons une autre dimension : l’ancrage avec la communauté des salariés de l’entreprise.

C’est un peu plus compliqué à expliquer avec un dialogue, mais ça pourrait donner : « Je travaille à bord de l’Intrépide, avec toute une communauté qui est topissime, la dernière fois Karim, un mec de la compta, est venu m’aider à déplacer un meuble encombrant que j’avais à la maison, et moi j’ai aidé le fils de Brigitte de la logistique qui avait des problèmes en maths, mais elle, elle a été chez Kévin du bureau d’études pour lui apprendre à se servir d’une perceuse, et Kévin … » Bref … ça peut meubler entièrement une soirée si on n’y prête pas attention …

Nous proposons donc de consolider le point commun de tous vos salariés : l’appartenance à la même entreprise, en favorisant l’entraide entre vos salariés.

En permettant à vos salariés de se rendre des services dans leur vie de tous les jours, vous favorisez les liens qu’ils créeront entre eux et, en renforçant leurs liens, ils renforcent également leur sentiment d’appartenance à votre entreprise. Et ce sentiment ne s’arrêtera pas à leurs simples horaires de bureau, il rayonnera aussi dans leur vie privée.

Exemple : Un salarié vient m’aider à monter mon étagère, je bénéficie de son talent, je reconnais et j’admire sa compétence qui vient compléter la mienne,

1/ je suis reconnaissant(e) à mon entreprise de recevoir cette aide => ANCRAGE,

2/ et fier(e) d’appartenir à la même entreprise que ce salarié => FIERTE.

On met en relation compétences et besoins afin de valoriser chaque salarié en reconnaissant ses compétences, et tout cela est rendu possible grâce à l’entreprise.

Pour reprendre le parallèle du bateau, le marin, en posant un pied sur son bateau, se sent également appartenir à l’équipage qui fait avancer ce bateau et qui regorge de talents … et il en est tellement fier !